La gratitude au quotidien : comment la pratiquer pour obtenir ses bienfaits.

La gratitude est un des aspects incontournables du développement personnel. Beaucoup la néglige dans leur quotidien, et c’est bien dommage ! Sans elle, difficile d’appréhender le véritable bien-être. Considérant souvent les choses pour acquises, il nous arrive d’oublier de nous montrer reconnaissant pour ce que nous avons.

Nous ne parlons pas ici d’un simple « merci », mais bien d’un état d’esprit. Exprimer sa gratitude, à l’extérieur comme à l’intérieur de soi, c’est être plus serein au quotidien et durablement en meilleure santé. Concrètement, comment fait-on pour exprimer sa gratitude et se sentir mieux un peu plus chaque jour ? Les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que la gratitude ?

  • Une pratique sincère de l’optimisme

Au sens strict, la gratitude est la manifestation d’un sentiment de satisfaction. Mais c’est aussi et surtout, une pratique. Connue des cultures orientales depuis des millénaires, notre science moderne commence seulement à s’y intéresser.

C’est à partir des années 90 que les sciences cognitives et comportementales commencent à s’ouvrir aux mécanismes de la pensée positive.

La gratitude s’inscrit pleinement dans cette philosophie. Cette approche optimiste de l’existence nous permet d’appréhender notre vie de tous les jours d’une manière beaucoup plus apaisée et souvent bien plus lucide.

Si la pensée positive est une porte ouvrant sur une vie nouvelle, la gratitude en est certainement la clé. Mais s’agit-il pour autant de se contenter de dire « merci » à tout va ?

Non, bien sûr. La démarche est plus profonde.

La vraie gratitude doit pouvoir se nourrir de sincérité : avec les autres, mais surtout avec soi-même.

  • Prendre le temps de remercier les autres pour ce qu’ils font et pour ce qu’ils sont.
  • Penser à se remercier soi-même, pour ce que l’on fait et pour ce que l’on est.
  • Remercier l’univers, pour nous avoir permis d’être et d’avoir, tout simplement.

Éprouver de la gratitude, c’est être humble envers la Nature, et pleinement conscient de notre place en son sein. C’est se contenter de ce que l’on possède pour ne jamais éprouver le besoin de posséder.

  • Une pratique accessible pour tout le monde ?

Remercier sincèrement n’est pas évident pour tous (en cause : l’influence de l’éducation, de la culture et du parcours de vie). Pourtant de récentes recherches, dont une publiée par l’American Psychological Association, montrent que la pratique de la gratitude contribue grandement à notre niveau de bonheur.

Alors pourquoi une minorité d’entre nous seulement se consacre à la pratique de la gratitude ?

Plusieurs facteurs limitants se manifestent :

  • La gestion du temps : beaucoup pensent ne jamais pouvoir en disposer assez
  • La gestion des priorités : la vie en société implique souvent des contraintes matérielles que nous faisons passer avant de nous consacrer à l’essentiel
  • Le manque d’envie 
  • La méconnaissance des bienfaits de cette pratique.

Tous ces facteurs n’agissent pas indépendamment, ils sont liés. Cependant, la pratique de la gratitude les résout simultanément.      

Les bienfaits de la gratitude

  • Philosophie ou art de vivre ?

Le professeur de psychologie Robert Emmons soutient la thèse selon laquelle l’acte de remerciement participe au renforcement de notre santé psychique.

En effet, en prenant conscience que l’autre participe à notre épanouissement personnel, la gratitude contribue en premier lieu à augmenter notre résistance au stress. En remerciant l’autre, nous ancrons dans la réalité l’idée que nous pouvons aussi compter sur eux.

Mais « l’autre » n’est pas forcément un individu. Ce peut-être un évènement, une situation passée ou présente, la croyance en l’intervention d’un être supérieur, la beauté d’un paysage, etc.

  • Des effets sensibles

Comment les neurosciences sont-elles parvenues à démontrer non seulement le bien-fondé de la gratitude comme pratique du bonheur, mais également ses effets palpables ?

Robert Emmons et son collègue Michael McCullough ont élaboré un protocole d’étude très précis comprenant plusieurs centaines de participants classés en trois groupes. Chaque groupe était chargé de tenir quotidiennement un journal selon ces directives :

  • Le premier groupe devait inscrire ses expériences vécues jour après jour, sans discrimination particulière,
  • Le deuxième ne devait noter que les expériences négativement vécues,
  • Le troisième était tenu de lister les évènements pour lesquels il se sentait reconnaissant.

Au bout de 10 semaines, selon vous, quel groupe montrait l’état d’esprit le plus positif au présent, et optimiste quant au futur ?

Le troisième, bien sûr.

Cela ne s’arrête pas là. Robert Emmons a aussi pu mesurer l’impact de cette démarche sur notre santé physique et psychique.

Cette étude révèle les bénéfices de la pratique de la gratitude, avec notamment :

  • Une meilleure santé en général
  • Une appétence retrouvée pour la pratique physique et sportive, donc plus d’énergie
  • Une plus grande efficience au travail et de meilleures performances intellectuelles
  • Un sommeil de meilleure qualité et réparateur
  • Une plus grande créativité
  • Une baisse du niveau de stress
  • Une faculté accrue à relativiser et à se détendre (relâchement de la conscience, relâchement musculaire et nerveux)
  • Une meilleure confiance en soi
  • Une plus grande aptitude à se sociabiliser
  • Une chute du risque de dépression.

Comment expliquer ce phénomène ? Comment un changement d’attitude sur une période aussi courte peut-il se répercuter positivement au niveau métabolique et psychique ?

Robert Emmons nous explique que la gratitude « aide une personne à diriger son attention vers les choses heureuses de sa vie et à la détourner de ce qui lui manque »[1]. Il ajoute : « pratiquer la gratitude détourne l’attention du moi, la dirige davantage vers les autres et ce qu’ils nous procurent ».

Ce cheminement mental nous permet de nous « décentrer ».

La gratitude nous permet également de nous détacher des choses matérielles, d’embrasser une vision chaleureuse de la relation avec le monde qui nous entoure, ce qui fait dire à Michael McCullough que « la gratitude pourrait être une heureuse alternative au matérialisme, gangrène de nos sociétés hyperconsommatrices »[2].

En effet, plus vous pratiquerez la gratitude au quotidien, plus vite vous vous apercevrez que vos possessions matérielles n’ont que peu de valeur et ne nourrissent en rien votre bien-être.

Par ailleurs, plus nous adressons notre gratitude à notre entourage, meilleure est l’image qu’il se fait de nous. Ce qui nous donne une raison supplémentaire d’être de nouveau reconnaissant, etc. Un cercle plus que vertueux, s’il en est.

Prêt à faire le grand saut ? À vous sentir mieux en quelques jours ? Voici comment procéder.

Comment pratiquer la gratitude au quotidien ?

Entreprendre une nouvelle philosophie de vie n’est pas chose aisée. Pour personne. Mais comme pour beaucoup d’autres activités, il suffit en fin de compte de s’y mettre à son rythme.

  • Entretenir un muscle

L’inscription à une salle de sport en est un bon exemple, à condition qu’il ne s’agisse pas seulement d’une énième bonne résolution aux objectifs trop ambitieux. Une pratique progressive prépare le corps et l’esprit à entretenir cette nouvelle habitude, avec plaisir !

Alors mettez en route ce nouveau système de pensée naturellement, sans brusquer, pour vous l’approprier et le conserver sur la durée.

Et acceptez que chacun ne démarre pas du même point sur cette longue route. Un esprit marqué depuis longtemps par le pessimisme et l’insatisfaction devra faire preuve de plus d’efforts au début de son parcours, mais il se pourrait bien qu’avec de la discipline il rattrape et dépasse les enthousiastes nés.

Plusieurs expressions de la gratitude peuvent se faire autrement qu’en prononçant simplement le mot « merci » :

  • Offrir quelque chose à quelqu’un
  • Aider une personne à réaliser une tâche
  • Faire du bénévolat
  • Donner à une association caritative

De manière générale, il s’agit d’effectuer des actions désintéressées. Vous en tirerez une satisfaction immédiate.

Même si les premiers élans sont poussifs et peu naturels, peu importe. Le changement est en marche, et qui sait jusqu’où il pourrait vous mener ?

Il s’agit là d’ancrer durablement une habitude.

Les recherches de Maxwell Maltz, scientifique de l’Université de Columbia ont démontré que 21 jours suffisent à l’être humain pour assimiler une nouvelle habitude du point de vue neuronal. Si ce chiffre est désormais controversé, on note que les nouvelles données avancées révèlent un laps de temps d’assimilation encore assez court[3].

  • Laissez la gratitude s’emparer de votre plume

Pour entretenir cette toute nouvelle motivation, rien de mieux qu’un journal de bord. L’écriture est un excellent moyen d’ancrer le positif.

C’est aussi une excellente manière de suivre sa progression dans cette ascension du bien-être.

Couchez sur le papier le plus simplement possible :

  • Ce qui vous inspire de la gratitude
  • Ce qui vous emplit de satisfaction
  • Ce qui vous fait vous ressentir redevable

Ces sources de déclenchement de votre gratitude peuvent venir de votre entourage, de votre environnement, mais également de vous.

Puis relisez-vous. Prenez ce recul sur ce que vous venez d’écrire. Sur ce que vous avez écrit la semaine dernière, et qui vous semble si loin de votre état d’esprit de ce jour. Remerciez la personne que vous étiez, et celle que vous devenez.

Écrivez le soir au moins une source de satisfaction qui côtoie ou remplit votre existence. Vous commencez déjà à beaucoup moins vous attarder sur les aspects négatifs qui peuvent vous entourer.

Vous commencez à libérer votre esprit et à reprendre confiance en la vie, et en vous !

Je vous ai préparé un journal de gratitude qui allie les bienfaits de la gratitude à ceux de la confiance en soi, et facilitera grandement cette nouvelle démarche vers cette nouvelle vie.

Envie d'aller plus loin ?